"Free" : Iggy Pop, plus libre que jamais, revient et annonce son nouvel album


28 juillet 2019

A 72 ans, Iggy Pop n'est pas prêt de raccrocher les gants. Pour preuve : de passage ce week-end au festival des Vieilles Charrues, l'Iguane a encore donné un concert percutant, décrit par le Parisien comme « impérial et guerrier, punk et chaleureux, émouvant et renversant ». Si le chanteur américain n'a jamais vraiment arrêté de tourner, il est toujours aussi productif du côté album. Le 6 septembre, il dévoilera d'ailleurs son 18ème disque, "Free". C'est d'ailleurs de cette dernière tournée marathon qu'Iggy Pop s'est inspiré pour mettre en musique ces dix nouveaux titres. Dans une note d'intention, l'interprète de "Lust for Life" raconte : « C'est un album dans lequel d'autres artistes parlent pour moi, mais sur lequel j'ai donné de la voix. A la fin de la tournée "Post Pop Depression", j'étais persuadé de m'être débarrassé d'un problème d'insécurité chronique qui a pesé sur ma vie et ma carrière pendant trop longtemps. Mais je me suis aussi senti vidé (...) Je voulais être libre. Je sais que c'est une illusion et que la liberté est quelque chose que l'on ressent mais, jusqu'à présent, j'ai vécu ma vie avec la conviction que ce sentiment est tout ce qui mérite d’être poursuivi ; tout ce dont vous avez besoin n'est pas nécessairement le bonheur ou l'amour, mais le sentiment d'être libre. Donc cet album est juste apparu comme ça ».

"I want to be free"


L'annonce de ce disque s'accompagne du titre éponyme, courte ouverture du disque d'à peine deux minutes. Loin des titres rock auxquels il nous a habitué, Iggy Pop a opté pour une sorte d'ouverture planantes aux allures de film de David Lynch, simplement traversé par une trompette. « I want to be free / Free » murmure simplement le chanteur sur cette introduction. Parmi les 10 titres qui cimposent l'album, on retrouvera un titre nommé "James Bond" mais, ne vous y trompez pas, il ne s'agit pas du thème du prochain 007, normalement interprété par Dua Lipa. Cet album arrive donc trois ans après l'excellent "Post Pop Depression" composé avec Josh Homme de Queens of the Stone Age et Matt Helders, batteur d'Arctic Monkeys.