Indochine et Christine and the Queens racontent leur collaboration sur "3SEX"


06 décembre 2020

C'est une collaboration aussi surprenante qu'évidente. Pour promouvoir la compilation "Singles Collection (1981-2001)", Indochine a fait appel à Christine and the Queens sur une reprise électro du tube "3e sexe", transformé en "3SEX". Interrogé dans le magazine ELLE, Nicola Sirkis est revenu sur la naissance de ce duo. « J'ai senti alors que beaucoup de générations se regroupaient autour de ce morceau. Pour la sortie d'une compil best of, j'ai proposé à Christine d'en faire sa propre version 3.0. Elle a eu carte blanche. Pour moi, c'était la seule personne qui pouvait la reprendre. J'ai été très honoré qu'elle accepte » confie le chanteur d'Indochine, tandis que Christine and the Queens ajoute : « J'ai immédiatement su que j'allais dire oui. J'ai aussi eu la pression car je fais partie des gens pour qui cette chanson est importante. Le texte est d'une fraîcheur absolue, d'une modernité géniale. C'est un coup d'État poétique ».

"3e sexe" est "un espace de liberté"


Etonné qu'« aucun homme » n'ait repris la chanson, Nicola Sirkis explique que la chanson "3e sexe" est aussi le reflet d'une période qu'il dit avoir vécu avec « insouciance » : « Former un groupe de rock, se maquiller : on était sur une sorte de vague que rien ne semblait pouvoir arrêter. On était dans l'urgence, on vivait des choses extraordinaires ou improbables sans se rendre vraiment compte de ce qu'il se passait. Quand je revois le clip de "3e Sexe", je regarde ce fond violet, ces fleurs, ce côté Prince et néo-psychédélique qu'on avait voulu lui imprimer ». La chanson, tout comme le groupe Indochine, a traversé les générations et reste parlant auprès des jeunes, comme l'explique de son côté l'interprète de "People I've Been Sad" : « Ce morceau, écouté dans ma jeunesse, a tapé dans mon inconscient et mes obsessions, car j'avais déjà commencé à déconstruire ce qu'on attend de mon genre, et du genre en général (...) Cette chanson représentait un espace de liberté, au même titre que Bowie, Björk ou Patti Smith. Et une vraie invitation joyeuse à une rébellion saine et contagieuse (...) Ce que je trouve très moderne dans cette chanson, c'est sa joie ».

"C'est presque un acte politique"


A travers cette reprise "3SEX", Nicola Sirkis et Christine and the Queens veulent également déconstruire les clichés sur le genre. D'ailleurs, sur la pochette, les deux chanteurs apparaissent torses nus. « Aujourd'hui, on assiste à des confusions très étranges qui créent un discours hyper puritain. Il y a confusion entre sexualité et nudité, et je pense que la plupart des artistes sont intéressés par l'idée de repousser les limites (...) Je voulais éviter l'écueil du duo trop genré homme-femme, et créer une symétrie, un dialogue un peu différent, plus naturel, plus égalitaire » explique Héloïse Létissier, avant que l'interprète de "Nos célébrations" ne renchérisse : « C'est Christine qui a eu l'idée de ces photos. J'étais sensibilisé au sujet par ma fille, qui a 19 ans, et qui me demande souvent pourquoi les garçons ont le droit de se mettre torse nu et pas les filles. Si Christine se mettait torse nu, alors il était évident qu'il fallait que je le sois aussi. C'est presque un acte politique. On voulait créer un certain esthétisme, une complicité entre nous ». Une complicité qui, logiquement, devrait se poursuivre sur scène lors de la tournée "Central Tour" d'Indochine...

Regardez le clip d'Indochine et Christine and the Queens sur "3SEX" :