Woodkid à fleur de peau sur "Horizons Into Battlegrounds" avant l'album "S16"


03 octobre 2020

Il aura fallu à Woodkid sept ans pour finaliser son 2ème album studio et offrir à "The Golden Age" un successeur. Pour ces retrouvailles très attendues, les fans ont rendez-vous le 16 octobre, date à laquelle ils pourront jeter une oreille attentive sur les 11 chansons qui composent "S16". Un projet intime imprégné du traumatisme de l'attentat du Bataclan, comme il l'explique sur Europe 1. « En 2016, trois mois après les attaques de Paris, je me suis dit qu'il fallait que je cherche un son qui corresponde au sentiment que j'éprouvais à ce moment-là. J'ai fait venir Ryan Lott du groupe Son Lux en studio, et on a passé deux à trois mois à chercher une couleur de son » explique l'auteur-compositeur et réalisateur, que l'on a pu voir à l'oeuvre aux côtés de Rihanna, Drake ou Lana Del Rey ces dernières années.

"Je voulais attraper cette émotion très forte"


Dans ce contexte pesant, c'est un Yoann Lemoine à fleur de peau qui a cherché à coucher en musique ses pensées les plus profondes. « Il y avait une émotion très forte, je me suis dit qu'il fallait l'attraper. Mon album ne parle pas spécifiquement de ça, il fait écho à des choses encore plus larges, mais je me suis dit qu'il fallait absolument que je peigne cette émotion particulière, comme un peintre ou un photographe qui voudrait capturer quelque chose de très beau ou de très laid » explique l'artiste de 37 ans toujours sur Europe 1. Si le premier extrait "Goliath" évoque les affres de l'homme sur l'environnement, "Pale Yellow" est une chanson « sur la beauté de la résilience, de l'espoir ». Qu'en est-il de "Horizons Into Battlegrounds


Pour "Horizons Into Battlegrounds", troisième morceau divulgué à deux semaines de l'arrivée de l'album "S16", Woodkid propose un son plus dépouillé, moins dramatique que les orchestrations métalliques auxquelles il nous a habitués. Sur quelques notes de piano, le pantin de bois narre une histoire d'amour tumultueuse sur fond d'auto-sabotage. « Let the silence ease the wildness / Your embrace clears the storm in my head / Why do I love you more when I'm wasted? / I only welcome care when I'm wounded » chante-t-il d'une voix ténébreuse, le coeur à nu, jetant une ombre sur le bonheur qu'il pourrait toucher du doigt s'il se libérait de ses démons : « Can I hold on? Can I hold onto you? ». « Je ne pouvais pas attendre le 16 octobre pour partager cette chanson avec vous » écrit Woodkid sur ses réseaux sociaux, heureux d'offrir une troisième pièce du puzzle qu'il s'apprête à dévoiler. Vivement !

Découvrez "Horizons Into Battlegrounds" de Woodkid :